Articles

Tchad

Le drapeau du Tchad est un tricolore vertical composé (de gauche à droite) d’une colonne bleue, d’une colonne dorée et d’une colonne rouge. Celles-ci devaient être une combinaison des couleurs bleu, blanc et rouge vues sur le drapeau de la France avec les couleurs panafricaines vert, jaune et rouge.

Le drapeau a été adopté par la loi n° 59/13 pour la république autonome et conservé à l’indépendance en 1960, et dans la constitution de 1962. Malgré les nombreux bouleversements politiques au sein du Tchad depuis l’indépendance, le drapeau n’a pas été modifié. Cela peut être dû au fait que le drapeau n’est associé à aucun des principaux rivaux du pouvoir au sein du Tchad, qui n’avait aucun sens de l’identité nationale avant l’indépendance, et peu après l’indépendance.

Symbolisme

La Constitution du 16 avril 1962 stipule le :
« L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, or et rouge en bandes verticales. »
Ce drapeau était évidemment inspiré du drapeau tricolore français et des couleurs panafricaines, qui ont été modifiées (bleu au lieu de vert) pour éviter toute confusion avec les drapeaux des pays voisins.
La symbolique officielle des couleurs est :
– Bleu : le ciel, l’espoir, l’agriculture et le sud du pays (eaux) ;
– Jaune : le soleil, le nord du pays (désert) ;
– Rouge : le progrès, l’unité, le sacrifice.

Similitude avec le drapeau roumain

Le drapeau du Tchad est presque identique au drapeau roumain, mais avec une teinte de bleu plus foncée. Pendant leur ère communiste de la seconde moitié du 20e siècle, le drapeau de la Roumanie comportait un insigne au milieu du drapeau, au-dessus du tricolore. Mais en 1989, le gouvernement communiste a été renversé et l’insigne a été retiré, ramenant le drapeau de la Roumanie à la version précédente qui correspondait à celle qui avait été adoptée par le Tchad entre-temps.

La question de la Roumanie et du Tchad partageant des drapeaux similaires a préoccupé le gouvernement tchadien à l’occasion, avec eux demandant en 2004 que les Nations unies devraient considérer cette question. En réponse, le président roumain Ion Iliescu a déclaré aux médias : « Le tricolore nous appartient. Nous n’abandonnerons pas le tricolore ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.