Articles

Alimentation de la chatte en gestation

Je m’apprête à faire reproduire ma chatte. Quel rôle l’alimentation joue-t-elle ?

Une nutrition optimale pour la reproduction est importante pour :

  • Conception/grossesse réussie
  • Fournir à la mère (reine) sa meilleure capacité à mettre au monde ses chatons
  • Des chatons prospères avant et après la naissance

Les différentes étapes de la reproduction – chaleur (œstrus), grossesse, lactation et sevrage – fournissent des stress uniques au corps. Chacun fournit des préoccupations nutritionnelles spécifiques qui devraient être abordées pour maximiser à la fois la santé de la reine et du chaton.

Quelles sont les questions nutritionnelles pertinentes menant à la grossesse ?

Une bonne nutrition prépare le terrain pour une reproduction et une grossesse réussies. Une reine mal nourrie – qu’elle soit en surpoids ou en sous-poids – subira des conséquences sur la reproduction, tout comme ses chatons. L’obésité est le problème nutritionnel le plus courant chez les reines reproductrices. L’obésité peut diminuer le nombre d’œufs libérés lors de l’ovulation, ce qui entraîne une réduction de la taille des portées. De plus, l’obésité peut diminuer la production de lait pendant la lactation, ce qui a un impact négatif sur la santé et la croissance des chatons. Une reine en surpoids ou obèse doit perdre du poids avant la reproduction. Il n’y a pas de besoins nutritionnels spécifiques pour une reine pendant son cycle de chaleur.

Comment dois-je nourrir ma chatte pendant sa grossesse ?

Les chattes sont généralement enceintes pendant 63-65 jours, mais la gestation peut aller de 58 à 70 jours. La grossesse est divisée en trimestres, et une reine en bonne santé et bien nourrie connaîtra une prise de poids régulière tout au long de la grossesse. Cette prise de poids semble fonctionner comme un stockage d’énergie pour soutenir la lactation à venir. Une suralimentation peut entraîner une obésité en fin de grossesse, ce qui augmente le risque d’un accouchement difficile ou prolongé et un stress supplémentaire pour les chatons. À l’inverse, une sous-alimentation pendant la grossesse peut entraîner la perte d’embryons, un développement fœtal anormal, un avortement spontané ou une mortinatalité, une portée de petite taille et des chatons de faible poids à la naissance qui ne se développent pas. Il est important que la reine ne perde pas de poids ou de condition pendant cette période, donc surveillez son poids et sa condition corporelle, en augmentant la nourriture si nécessaire.

Une formulation hautement digestible et de haute qualité pour les chatons/la croissance/le développement est généralement recommandée pendant la grossesse féline. Les meilleures options sont les régimes qui ont passé les essais d’alimentation pour la gestation/lactation ou pour toutes les étapes de la vie. L’administration de plusieurs petits repas peut aider la reine à maintenir un apport adéquat en nutriments et en calories, en particulier au cours du dernier trimestre. Il peut être judicieux de passer à la nourriture pour chatons avant la reproduction et la grossesse afin d’éviter tout stress inutile lié au changement de nourriture.

J’ai entendu dire que la lactation est encore plus intense en énergie que la grossesse. Est-ce que c’est vrai ?

Absolument . Au moment de la mise bas, les reines perdront environ 40% du poids qu’elles ont pris pendant la grossesse, et le reste sera perdu pendant la lactation en raison de la charge de travail imposée au corps de la reine. Une fois les chatons nés, la reine peut augmenter sa consommation de nourriture car elle aura plus de place dans son abdomen, mais la densité énergétique de la nourriture doit être suffisamment élevée, sinon elle ne sera pas physiquement capable d’en consommer suffisamment pour maintenir la production de lait, son poids et sa condition physique. Des évaluations périodiques de l’état corporel de la reine permettent d’affiner l’alimentation. L’alimentation pendant la lactation est mieux réalisée en utilisant une nourriture pour chatons de haute qualité et hautement digestible.

Le pic de production de lait se produit à 3-4 semaines de lactation, mais le pic des besoins énergétiques se produit à 6-7 semaines post-partum (après la naissance). Cela est principalement dû au fait que les chatons consomment également la nourriture de la reine à l’approche de l’âge du sevrage.

L’alimentation à volonté pendant les 3 à 4 premières semaines de lactation présente de nombreux avantages, sauf si elle n’a qu’un ou deux chatons. La reine peut manger selon son propre horaire, elle peut consommer de plus petites quantités de nourriture à chaque fois qu’elle mange, et les chatons peuvent commencer à goûter des aliments solides dès qu’ils en sont capables (à l’âge de 3 semaines environ). L’alimentation à volonté pendant l’allaitement d’un ou deux chatons seulement n’est pas conseillée car elle permet à la mère de produire beaucoup plus de lait qu’elle n’en a besoin, la prédisposant potentiellement à la mastite (inflammation des glandes lactiques).

Dois-je changer la façon dont je nourris ma reine lorsqu’elle sevrera ses chatons ?

Restreindre la nourriture à la reine avant et pendant le sevrage peut l’aider à diminuer sa production de lait, ce qui la rendra un peu plus à l’aise. Le premier jour du sevrage, retenez la nourriture de la reine, permettant aux chatons de manger leur nourriture pendant qu’ils sont loin de leur mère. Ils peuvent être tous ensemble cette nuit-là, et les chatons téteront un peu. Le deuxième jour du sevrage, les chatons sont séparés de la reine et elle reçoit environ 25 % de sa portion de pré-élevage et de sa formulation. Au bout de 4 ou 5 jours, on passe à la totalité de la portion de pré-reproduction et du programme d’alimentation. Les chatons ne doivent pas avoir accès à l’allaitement pendant cette période, car cela retardera le processus de tarissement de la production de lait de la reine.

Avec un peu de planification et l’apport de votre vétérinaire, vous pouvez créer un plan nutritionnel solide pour la grossesse et la lactation, préparant le terrain pour produire des chatons en bonne santé.

Contributeurs : Krista Williams, BSc, DVM ; Robin Downing, DVM, CVPP, CCRP, DAAPM

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.